Photo: ©Jean-Laurent-1863-collection-Musee-dHistoire-de-Madrid
Italie
Née à Sienne en Italie en 1844, Penelope Bigazzi obtient ses premiers prix à l’âge de sept ans à l’Académie des Beaux-Arts de Florence. A l'âge de treize ans, la jeune pianiste débute une très longue tournée dans toutes les grandes villes de l'Italie du Nord, qui la conduit ensuite dans le sud de la France d'est en ouest, pour se poursuivre en Espagne. Penelope s'installe en décembre 1859 à Madrid. La presse rapporte très régulièrement sa présence importante sur la scène musicale madrilène. C'est également dans cette ville qu'elle compose la plupart de ses oeuvres. Certaines font référence à l’Italie, à ses souvenirs d’enfance (Rimembranze del Carnevale 1857-58 in Ferrara ; Souvenir de Venise, Fantaisie ; Oh! mia cara Italia: rimembranza per piano, op. 12), aux opéras italiens en vogue (Capricho para piano sobre la Ballata de Oscar en la ópera Un ballo in maschera de Verdi, op. 17 et Fantasía fácil para piano sobre la ópera La Traviata). D’autres prennent une couleur politique engagée en se référant au Risorgimento italien (Himno de Garibaldi, Transcripción), à la guerre hispano-marocaine (El sitio de Tetuán: polka militar, et Los españoles rogando a Dios por el Ejército de África: nocturno para piano op. 8). D’autres enfin adoptent des rythmes de danse (Saludo a Madrid: polka-mazurka para piano, op. 13; La andaluza, redowa; La astu­riana, schottisch; Higuanama, Habanera de salón para piano ; Soberbia y humildad: vals de concierto para piano, op. 10).
A l'âge de dix-huit ans, elle épouse le peintre miniaturiste sicilien Francesco Geloso. Deux fils naissent en Espagne, Albert et César. L'activité d’interprète de Penelope reste intense, mais celle de compositrice s’étiole après son mariage. En 1868, la famille s'installe à Bordeaux. Penelope enseigne à la Société Sainte-Cécile jusqu'en 1884. Elle débute la formation musicale de ses fils, qui se poursuit au Conservatoire de Paris. L'aîné Albert Geloso deviendra un violoniste célèbre dans toute l'Europe, premier violon du quatuor du même nom, qui créé de nombreuses oeuvres de son temps. César Geloso le cadet sera pianiste et compositeur, puis directeur du Conservatoire de Versailles. Penelope Bigazzi-Geloso décède en décembre 1914 à Londres, où elle accompagnait son fils Albert en tournée.

– Miren Adouani –
Contributeur : Présence Compositrices - dernière mise à jour 14 juin 2024

SUGGÉRER UN COMPLÉMENT D'INFORMATION SUR CETTE FICHE ?
ÉCRIVEZ-NOUS !

Fiche concernée : BIGAZZI Penelope de BIGAZZI Penelope

Fiche concernée : BIGAZZI Penelope

Infos complémentaires

8 + 6 =

* mentions obligatoires